• 105-0583_IMG.jpg
  • 105-0587_IMG.jpg
  • 105-0599_IMG.jpg
  • Mosset.jpg
  • Mosset2.jpg
  • P1250270_.jpg

Activités

De Corbere les Cabanes a Sant Marti de la Roca par larges DFCI et sentiers pentus

Lundi, 7 Janvier 2013

Point de ralliement : au pied de l'église de Corbère les cabanes à 9 h 30.

Participants : la Jacotte i en Jordí del carrer de la Font de les Senyores, en René de les Hortalisses,la Maryanne del Molí d'olí, la Martine del Mossetó, l'Armelle i en Serge de Perpinyà, el Juan que s'està cap al Granat d'en Nouvel, la Mireille d'en Bantoure, la Jacqueline i en Pere de la carretera del coll de Jau, la Joselyne ara de Perpinià, la Laurette del Soler, la Karlà de Jonquères, la Nicole de la Rebolleda i per fin, la Miquela i el Juan del Plaçal.

Abans de venir passejar amb nosaltres d'aquí uns dies, la Christiane ha vengut nos fer un petit « coucou ».


Village de Camélas min
Village de  Camélas

Départ pédestre à partir d'un plateau dénudé sur l'arrière de la haute colline du Montou ; de là se découpent la silhouette de la chapelle Sant Martí de la Roca but de notre randonnée ainsi que la double bosse de la colline de Camélas.

Durant la journée, nous allons arpenter de larges pistes dites de Défense de la Forêt Contre les Incendies dont je pense qu'elles ont vu le jour suite au monstrueux incendie des Aspres de l'année 1976.*

*C'est, me semble-t-il, à la suite de cette catastrophe écologique et humaine, que furent écrits par de talentueux enfants du pays, deux ouvrages que je trouve remarquables :

« Quand nous avions tant de racines » par Adrienne Cazeilles ainsi que « Les scorpions de Corbère » de Joseph Tolza.

Quant aux DFCI de l'Aspre et des Corbières, elles devraient plutôt, d'après moi, se nommer DMCI (Défense du Maquis Contre les Incendies) pour les premières et DGCI (Défense de la Garrigue Contre les Incendies) pour les secondes.

Sites remarquès en passant :

Le massif Castell de Corbera avec sa chapelle dédiée à Nostra Senyora de la Pera (Notre Dame du Rocher) sous lesquels se blottissent les ruines du village primitif qui mériteraient d'être valorisées.

Et voilà Sant Martí de la RocaSant Marti de la RocaCapella de Sant Martí de la Roca récemment restaurée : d'après Basseda, « ce grand rocher a porté très tôt un ouvrage fortifié et une chapelle dédiée à Saint Martin ».

C'est adossés à la façade ensoleillée de la chapelle que nous nous sommes restaurés, à l'abri du vent, al repetell del sol profitant ainsi de la chaleur directe puis réfléchie sur la pierre d'un soleil hivernal.

Que Phil aurait été à l'aise pour sa sieste ! Et Michel transcendé dans son discours ! Hélas, ils étaient absents.

Veïnat del bon mossó (le hameau du bon valet de ferme) : c'est en descendant de la chapelle que nous avons distingué, à flanc de coteau, ce hameau ancien, déserté depuis l'entre deux guerres mais qui mériterait, lui aussi, d'être découvert de près.

Camélas ou plutôt Cameles : toujours d'après Basseda, « il est possible qu'un nom de personne Camélas d'origine languedocienne, soit l'éponyme de ce domaine des Aspres créé à l'époque carolingienne (IXéme siècle) ».

 Ciste cotonneux min
Ciste cotonneux 
Ajonc à petites fleurs min
Ajonc à petites fleurs
Daphnée gnidium ou chante perdrix ou Garou min
Daphnée gnidium ou
chante perdrix ou garou

Séneçon du Cap 1 min
Séneçon du Cap

Végétation reconnue en passant : Chênes pubescents au feuillage marcescent*, chênes verts, chênes lièges et petits chênes kermés, Arbousiers, Filaires à feuilles étroites, cistes cotonneux et de Montpellier, Daphné gnidium ou Garou, Ajoncs à petites fleurs, Lavandes stoechas, Santolines... A l'exception du Séneçon du Cap et de l'Ajonc à petites fleurs qui arboraient leurs inflorescences d'un beau jaune, nulle autre plante observée n'était fleurie (et c'est bien normal!)...

*Marcescent, se dit d'un feuillage qui se flétrit sans se détacher de l'arbre (du moins, dans l'immédiat).

 

 
 
 
Quelle est dure lultime montée minQuelle belle cabane nest-ce pas Georges min