• 105-0583_IMG.jpg
  • 105-0587_IMG.jpg
  • 105-0599_IMG.jpg
  • Mosset.jpg
  • Mosset2.jpg
  • P1250270_.jpg

Activités

De la castrale de Corneilla de Conflent à la falaise dominant Villefranche et le fort Libéria

Heliantheme des Apennins
Hélianthème des Apennins

Lundi 23 Avril 2012

Rendez-vous au parking sur les hauteurs du "vieux" Corneilla. Départ des treize "courageux" sur le coup de 10 heures. Je suppose que sur la vingtaine de "manquants" certains avaient fêté avec trop d'enthousiasme la victoire très relative de la veille (1er tour des élections présidentielles) et les autres plongé dans une déprime momentanée (afin d'occulter la défaite tout aussi relative de leur favori (te).

Etaient présents : la Jacotte i el Georges del carrer de Les Senyores, la Monique del carrer del Jutge, la Maryanne del Molí d'olí, la Carla de la Jonquère, l'Anna de Campome, la Geneviève i en Jojo de Canohès, el Miquel de Sureda, en Juan del Plaçal del Méditerraní de Perpinya, la Joselyne encara per un temps de Sant Esteve, la Laurette del Soler i en Juan de Sant Esteve del Monastir.

Ciste cotonneux
Ciste cotonneux

 

Végétation sauvage :
 En bordure du ruisseau que nous enjambons au pied de l'église : Stellaire aux pétales doubles, grande Chélidoine aux fleurs jaunes (herbe aux verrues à la sève orangée), Pensée bicolore... En s'élevant, le terrain devient plus sec et voici les premiers Cistes cotonneux en fleurs (pétales roses légèrement chiffonnés) puis un tapis d'Hélianthèmes des Apennins aux fleurs blanches, un ciste à feuilles de saule débutant sa floraison et, deçi delà, des Ajoncs à petites fleurs d'un jaune éclatant ainsi que des coussinets de petite Coronille et de Lotier corniculé tout aussi jaunes...

Coronille
Coronille

Puis dans le sous bois humide, ce sont les Anémones hépatiques aux pétales bleus, rosés ou blancs dont les feuilles rappellent la forme des lobes de notre foie... Plus haut, sur le plateau, surprise avec de nombreux groupements de petites Globulaires mauves puis, aux approches des bords du causse dominant Villefranche, un véritable verger d'Amélanchiers aux curieuses fleurs blanches ( 5 pétales très séparés ; le centre des inflorescences présentant une touche rougeâtre) au milieu de grosses touffes de Buplèvres ligneux... En nous dirigeant vers la célèbre cabane d'Embullas, des Erables de Montpellier nous offrent leur nouveau feuillage trilobé d'un vert tendre et des Pins sylvestres leurs cones tout récents...

La cabane d embullas
La cabane d'embullas

Sur le chemin du retour, en bordure de la piste, deux superbes Cytises Aubour laissent pendre, tels des Glycines recoloriées, leurs belles grappes jaunes. Enfin, à l'entrée de Corneilla, sur le bord de la route, au pied du talus, Laurette la fureteuse a déniché une belle poêlée de Morilles. Enfin, sachez qu'en cette saison, sur les hauteurs de Sirach (de l'autre côté du plateau) les Baguenaudiers se couvrent de leurs curieux fruits renflés en vessie.

Ancienne source maconnee assurant l alimentation de la bergerie
Ancienne source maçonnée assurant
 
 l'alimentation de la bergerie

Balade :
 Chemin balisé sous les arcatures à l'arrière de l'église ; traversée du correc de Fillols (?) et montée plutôt ardue par un beau sentier par endroits dallé jusqu'au plateau d'où l'on domine le village et la basse vallée de la Rotjà ; juste avant le col del Roc Ample (le rocher large) découverte-en excellent étatd'une première cabane de pierre sèche adossée à la colline puis nous prenons sur la gauche et, toujours grimpant, découvrons une ancienne bergerie dont la toiture s'est effondrée mais dont les barbacanes (alignement de quatre petites ouvertures d'aération semblables à des meurtrières) subsistent encore ; quelques mètres plus haut, une double arche de pierres sèches surgissant du talus dénote la présence d'une antique source aujourd'hui réduite à l'état de mouillère mais qui, naguère, devait alimenter le cortal.

Ancienne bergerie
Ancienne bergerie

Nous voici sur le plateau calcaire du bord duquel nous dominons le verrou de Villefranche, la vallée de la Têt et, sur notre droite, quantité d'anciennes feixes soulignées de murets faits de "pavés" calcaires ; aux alentours, ce ne sont qu'Amélanchiers fleuris, touffes épaisses de Buplèvres et, à une encablure, une nouvelle cabane de pierre sèche dont Georges nous éloigne pour nous amener à la fameuse bergerie d'En Bullas (ou Embullas ?) : "Véritable bijou d'architecture en pierre sèche, elle se présente sous la forme d'une nef de 9 m de long, 4 m de large et 3 m de haut. De larges dalles forment la toiture soutenue par des piliers et murailles en encorbellement ; le tout, construit à l'aide de belles pierres calcaires soigneusement taillées, lui donne l'aspect d'un édifice religieux. Nous sommes plutôt en présence d'une ancienne bergerie romane qui servait à entreposer le lait de la traite et à confectionner de délicieux fromages mis en réserve pour l'hiver. Malgré la découverte de tessons de poterie médiévale et même préhistorique sur la toiture, ainsi que d'armes et de silex dans le sol, dater cette construction reste très difficile ; on peut tout au plus supposer que cette cabane fut édifiée à l'époque pré-romane."

Carla deguste
Carla déguste

PS : c'est ce que l'on peut lire sur la pancarte fichée à l'entrée de la grande cabane. Hypothèse toute personnelle : étant donnés ses dimensions inhabituelles et les solides contreforts protégeant l'édifice, je ne peux m'empêcher d'établir une relation avec la "redoute" toute proche laquelle, jusqu'au XIXème siècle, était chargée de protéger Villefranche ainsi que le fort Libéria d'une éventuelle attaque espagnole. Cette "bergerie" n'auraitelle pu abriter une partie de la petite garnison au moment de la relève ?

Ancienne bergerie
Ancienne bergerie

D'autre part, le type de construction en quille (de navire) renversée me ramène vers le "village" de cabanes de pierre sèche de Llassères (sur les flancs du Canigou bien au-dessus de Taurinya) et à la célèbre "baraque d'en Manuel"de même facture. Sur les conseils avisés de Geneviève le repas sera tiré des sacs sur une petite plateforme dominant Villefranche, sa gare et ses remparts, le fort Libéria et les chapelles Sant Estève et Sant Andreu : panorama unique d'autant que nous étions, à la fois, abrités de la chaleur et du vent.

Jacotte et Jean
Jacotte et Jean

Profitant d'un malencontreux -et heureusement faux oubli de la part de l'une d'entre nous, Michel occupa le temps d'un aller-retour de la fausse oublieuse par l'une de ses rapides conférences en plein air dont il a le secret. Phil n'étant pas présent n'a pu en profiter ; mais, crois-moi, ce n'est que partie remise. Chemin de retour bien balisé passant en particulier au plus près d'un dolmen –celui d'en Parot (à la gloire d'un certain Monsieur Poirier ou d'une simple poire de la Saint Jean comme le suggère la forme de sa dalle ?) _ensuite le sentier rejoint une piste certainement carrossable et, après trois quarts d'heure de marche descendante voici la carretera de Fillols à Corneilla du Conflent ; le temps pour Laurette de découvrir sa poëlée de morilles et, ouf, nous voici rendus.

Jean LLAURY

Le verrou de Villefranche 
Le verrou de Villefranche
la Genevieve i en Jojo de Canohes
la Geneviève i en Jojo de Canohès
Avez vous vu ces cupules la
Avez-vous vu ces cupules là ?
Le repas
Le repas
Encore la morille de Laurette
Encore la morille de Laurette